Réaction sur l’émission « Envoyé spécial » du 1/10/2009

Bonjour à tous,

Mille excuses pour le retard de notre réaction face à l’émission d’Envoyé Spécial du 1 octobre 2009, mais nous étions sur le terrain ces dernières semaines.

Nous avions accepté de participer à cette émission à condition que nos propos soient correctement retransmis. Il n’en a rien été et nos explications sur le rôle prépondérant des multinationales sur l’empoisonnement des sols viticoles et agricoles par les pesticides ont été soigneusement supprimées lors de la retransmission. Il est vrai que ces multinationales de l’agro-industrie du monde et qu’elles financent massivement la télévision par leur publicité.

Nous tenons, dans cette newsletter à exprimer notre profond désaccord avec cette émission décousue et dépourvue de tout professionnalisme. Force est de constater que les médias sont vendus et que les journalistes ne font plus leur métier. Cette émission semblait avoir été financé par le lobby anti-vin et nous mettons au défit le public non averti de comprendre quoi que ce soit sur le monde du vin tant cette émission était désespérante de médiocrité. On plaçait sur le même plan le sucre, les levures et les pesticides.

Le seul intérêt de cette émission est de montrer la profondeur du fossé qui s’est creusé entre les citadins et le monde rural.

Il est aussi profond que celui qui s’est creusé entre les politiques et le peuple. Le monde de la ville ne connaît rien à la terre et ne comprend rien à sa culture et c’est cette incompréhension qui aboutit à la volonté de détruire la boisson la plus civilisée du monde, celle qui représentait symboliquement le sang du Christ : Le Vin.

Certes les vignerons sont responsables de s’être laissés manipulés par les marchands de pesticides mais ce sont ces derniers qui portent la lourde responsabilité d’avoir empoissonné la terre au nom du profit.

Il est toujours difficile de prendre la décision de participer ou non à ce type d’émission où nous n’avons jamais accès au montage final avant diffusion.

Cependant, c’est ce type d’émission qui a permis de mettre le doigt sur les dérivés de l’agro-industrie. Nous restons pour notre part aux côtés des vignerons et des agriculteurs qui restent avant tout des artisans et des artistes au service de leur terre.

Par Lydia et Claude Bourguignon.